A.A.E.P.G. LA GOUESNIÈRE

A.A.E.P.G. LA GOUESNIÈRE

Le Bois-Renou

   Autrefois appelé « Tertre Renoul », le Bois-Renou était rattaché au manoir de la Cour puis, en 1666, à la seigneurie de Bonaban ; il s'étend sur environ neuf hectares et s'élève en dôme allongé à la lisière du marais qu'il domine complètement et d'ou l'on peut voir le Mont-Dol ou Cancale. 

                                      Cancale vue du Bois-Renou

C'est fort probable qu'il doit son nom à une ancienne famille locale, les RENOUL.

   La Pierre au Diable se trouve à un angle du terre-plein de la grotte ; il s'agit d'un monolite dont l'origine du nom est inconnue ... 



   En 1894, l'abbé REVEL, recteur de La Gouesnière se rend en pèlerinage à Lourdes et l'idée lui vint d'élever une statue dédiée à Notre-Dame de Lourdes sur les terres du Bois-Renou.

A son retour, il soumet son projet au comte Christian de KERGARIOU (1841/1905), propriétaire du site, qui lui répond « C'est un beau rêve, nous en reparlerons ».
Quelques jours après, Augustine BERNARD de MONTEBISE, comtesse de Kergariou (1844/1908) tomba malade et bien vite les médecins désespérèrent de la sauver et conseillèrent même au comte de lui faire donner les Saints-Sacrements.
C'est alors que le comte se rappela le projet du recteur. Il confia alors à la vierge de rendre la santé à son épouse et fit le voeu d'élever une statue si la comtesse guérissait.
Peu de temps après, la châtelaine était hors de danger...

    Le 12 mai 1895, la bénédiction de la statue (1) eut lieu devant une foule immense.


(1)- la statue fût retirée par des vandales une nuit de février 1929 et déposée devant la mairie...


   Devant l'affluence des pèlerins qui venaient de toute la région, il fut décidé de construire une grotte.

   Le 15 août 1896 la 1ère pierre fut posée et le 12 septembre 1897, en présence de milliers de pèlerins, la grotte fut bénie.
Depuis plus d'un siècle, la tradition se perpétue.
 

 


   Ex-voto :
Le sol de la grotte est « tapissé » d'ex-voto en reconnaissance à Marie de vœux exaucés.

 



 

 Info : le fond de la grotte est un rocher naturel de schiste feuilleté micacé, le reste est artificiel (genre béton armé) que l'on retrouve le long d'un mur entre le château et l'étang de Bonaban et où coule une source.
Les stalactites que l'on peut voir résultent d'un suintement de carbonate de chaux.

   Tombeau :

C'est le comte Alain de KERGARIOU (1882/1920), décédé dans un accident de la route à Fontainebleau (provoqué par le Roi de grèce !), maire de La Gouesnière de 1908 à 1920, qui est inhumé avec sa seconde épouse Marguerite de la ROCHEFOUCAULD (1886/1929), princesse de Tonnay-Charentes.  

 

 

   Le Bois-Renou a été racheté par la commune il y a quelques années.

sources : "La Gouesnière et Bonaban" de Jh Viel ; Journal "Ouest-Éclair"

photos : L.P.



21/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres